LM002, le 4x4 de tous les superlatifs

LM002, le 4×4 de tous les superlatifs

Article disponible en Podcast

LM002, le 4x4 de tous les superlatifs

Subissant une crise sans précédent, Lamborghini avait besoin de nouveaux débouchés pour redresser ses ventes et ne pas disparaître avant la fin des années 70. Le constructeur italien décide alors de répondre à l’appel d’offres émis par le gouvernement américain pour fournir l’armée en véhicules blindés. Une décision qui peut paraître encore incongrue aujourd’hui, même si la mode des gros SUV de luxe a presque redonné au LM002 la légitimité qu’il n’a jamais eue. Jusqu’ici expérimenté dans la production de tracteurs agricoles et de voitures de sport (tout comme Porsche), Lamborghini imagine alors accoupler ses deux égéries pour donner naissance à l’un des plus étonnants monstres de la production automobile. C’est en 1977 que le prototype Cheetah sort des cartons et est présenté au salon de Genève de la même année. Véritable patchwork, sa carrosserie en fibre de verre était fabriquée à San Jose, avant d’être rapatrié en Italie où Lamborghini s’occupait du reste de la conception. Notamment d’implanter dans le châssis tubulaire, en position centrale arrière, un V8 5.9 litres d’origine Chrysler et sa boîte automatique à trois rapports. La puissance du big bloc ne culmine qu’à 170 chevaux, tout juste suffisant pour offrir une vitesse maximale de 165 km/h. Conjugué à une tenue de route catastrophique, le projet ne fut pas retenu. A la place, c’est un certain Hummer qui remporta le contrat… Pas de quoi décourager les italiens qui décident de présenter en 1981, aux côtés de la Jalpa, le concept LM001. Ce projet fut rendu possible grâce à la participation des frères Mimram. Si le moteur Chrysler est toujours positionné à l’arrière, le design n’a plus rien à voir avec celui du Cheetah et se rapproche de se que sera le LM002.

Il faudra attendre le LMA (Lamborghini Militare Anteriore) 002, présenté l’année suivante une nouvelle fois à Genève, pour voir une architecture à moteur avant. Cette décision fut prise par Giulio Alfieri. Et pas n’importe quel moteur puisque c’est le V12 de la Countach développant 332 chevaux qui fut utilisé. L’autre nouveauté était la possibilité de passer en 2 roues motrices (propulsion). Une dernière étude appelée LM004 fut faite avec un V12 de 7 litres, sans suite. Le concept était tout de même figé et le LM 002 pouvait enfin voir le jour en 1986 au Salon de Bruxelles.

LM002, le 4x4 de tous les superlatifs

Ses mensurations en font un réel mastodonte. Jugez plutôt : 2 mètres de large, 1m80 de haut et 2700 kg sur la balance… pour les plus optimistes. Autant dire que ce LM n’aime pas les villes et se sent plus à l’aise dans les grands espaces. Son dessin est à mi-chemin entre celui d’un baroudeur viril comme le land Rover de l’époque et celui d’un… tank. Sculpté à la tronçonneuse, le LM002 affiche des lignes cubiques et abruptes qui sonnent comme un affront à l’idée même d’aérodynamique. Qu’importe, la seule présence du célèbre taureau rouge sur la carrosserie apporte un prestige inégalable à ce gladiateur d’un autre temps. Intimidant, effrayant même à moins de s’appeler Rambo, le LM002 impose à vous le même respect que le viril bovidé habitué des arènes.

LM002, le 4x4 de tous les superlatifs

Pour peu que l’on se donne la peine d’entrer, le LM002 sait accueillir dans sa version civile. Véritable ancêtre et précurseur de tous les SUV de luxe que nous connaissons aujourd’hui, il offre un habitacle infiniment plus raffiné que sa carrure de rustre ne le laisserait imaginer. Il faut dire qu’avec un prix de vente placé à 126.000$ (soit environ un milion de francs), le 4×4 de Lamborghini était sans concurrence dans le monde automobile. L’équipement de série est donc “généreux”, avec une sellerie cuir complète, des vitres teintées électriques, l’air conditionné et une chaîne stéréo. En plus des quatre places disponibles à l’intérieur, le coffre peut lui aussi accueillir quatre passagers supplémentaires. Mais alors, il n’y a plus aucun espace de rangement. L’habitacle est incroyablement spacieux et la qualité de fabrication est plutôt bonne pour l’époque avec un savant mélange de bois et de cuir. Mais sa principale qualité est sa capacité à bien vieillir. Véritable limousine rehaussée, les passagers à l’arrière ont même droit à leur propre allumeur-cigare en plus de celui placé à l’avant. Détails étranges, l’horloge logée à l’extrême droite de planche de bord, c’est-à-dire devant le passager et l’autoradio au plafond. Il fallait y penser…

Texte et photos RPA Droits réservés

D’autres histoires https://www.retropassionautomobiles.fr/2020/12/jensen/

Découvrez notre chaine YouTube https://www.youtube.com/channel/UCdnjRO4CUpmk_cUsI5oxs0w?view_as=subscriber

Retrouvez-nous sur Instagram, Twitter et Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici