Morris COOPER S

Morris Cooper S 1300 MK 1 1967, le kart chic et glamour

Morris Cooper S 1300 MK 1 1967, le kart chic et glamour. Tous les connaisseurs s’accordent à le dire, faire un tour dans une Mini Cooper c’est avant tout s’offrir une séance de pilotage aux commandes d’une espèce de kart à conduite intérieure. Confiant, André Colas nous a laissé le manche de sa Morris Cooper Mk1 Tartan Red. Moteur !

Morris Cooper S 1300 MK 1 1967

« J’avais 18 ans en 1967 et, comme tous les fans d’automobiles, j’étais fasciné par les icônes du rallye. C’étaient les berlinettes Alpine, les Renault 8 Gordini et les Mini Cooper. Avec leur bouille sympathique et leurs performances étonnantes, elles avaient ma préférence. Les victoires de la petite bombe britannique aux éditions de 1964, 1965 et 1967 du Rallye Monte-Carlo n’ont fait que renforcer mon admiration pour ce modèle. De mon point de vue, Alec Issignonis est un pur génie ! Comme vous l’avez senti, André Colas parle avec son cœur dès lors qu’il évoque sa Cooper S. Lorsqu’il s’est mis en quête de la perle rare, l’ami André avait des exigences : « Je souhaitais avant tout une version 1 300, nettement moins courante que la 1 000. À l’époque, c’était la Morris plutôt que l’Austin qui m’avait fait rêver et j’orientais donc mes recherches en ce sens. Je voulais un exemplaire en bel état et surtout pas bricolé. Pas simple l’équation, n’est-ce pas ? Pendant des années, j’ai épluché les annonces sur la toile et dans les revues spécialisées, à la recherche de la Cooper idéale. J’en ai croisé un certain nombre, bricolées de partout ou à l’authenticité douteuse. Puis je suis tombé sur une annonce sur Internet pour Mk I de 1967 en bel état à vendre dans les Hauts-de-Seine. Elle était proposée par un passionné parti vivre aux États-Unis. “Matching Numbers”, elle était engageante. De plus, elle arborait une livrée rouge, comme celle qui émaillait mes rêves. J’ai sauté dans un train pour aller la voir. Une fois sur place, la voiture était conforme à mes attentes. La carrosserie et l’intérieur étaient en très bel état et la mécanique avait été minutieusement entretenue. Marché conclu ! N’ayant pas prévu de billet de retour, je suis rentré en Bretagne au volant de la Cooper. Sur les 450 kilomètres qui me séparaient de mon domicile, j’ai pu mesurer les performances de la voiture sans ménagement et ce, sous une pluie battante ! Je suis rentré à bon port dans un délai disons… très court. Aujourd’hui, je fais entre 1 500 et 2 000 kilomètres au volant. J’apprécie ses performances et son comportement routier exceptionnel. C’est une auto qui s’intègre bien dans la circulation avec une vivacité et une capacité de freinage proche des voitures actuelles. »

Morris COOPER S
Morris Cooper S 1300 MK 1 1967

Morris Cooper S 1300 MK 1 1967, le kart chic et glamour, un palmarès hors-normes

Véritable poil à gratter de voitures nettement plus puissantes, les Mini Cooper se sont forgées un palmarès hors-normes dans le monde entier. Au Rallye Monte-Carlo de 1962, Pat Moss et Ann Wisdom se classeront 7èmes au général. Toujours en 1962, le même équipage remporte le Rallye des Tulipes. En 1963, Rauno August Aaltonen termine sur la 3ème marche du podium au Rallye Monte-Carlo et à la Coupe des Alpes. Paddy Hopkirk et Henry Liddon remportent le Rallye Monte-Carlo 1964. Cette même saison, Timo Mäkinen rafle la victoire au Rallye des Tulipes. La saison 1965 est époustouflante pour la Mini Cooper avec une palanquée de victoires : Rallye Monte-Carlo (Timo Mäkinen), Circuit d’Irlande (Paddy Hopkirk), Coupe des Alpes (Timo Mäkinen), Rallye de Genève (Rauno Aaltonen), Rallye de Tchécoslovaquie (Rauno Aaltonen), Rallye de Pologne (Rauno Aaltonen), Rallye des 1 000 Lacs (Timo Mäkinen), Le Munich – Vienne – Budapest (Rauno Aaltonen) et RAC Rally (Rauno Aaltonen). En 1966, les Mini raflent encore les trois premières places au Rallye Monte-Carlo, mais elles seront disqualifiées pour cause de phares additionnels non homologués en France. La suite de la saison sera nettement plus porteuse pour la petite puce britannique, avec à la clé une nouvelle vague de victoires, jugez plutôt : Circuit d’Irlande (Tony Fall / Henry Liddon), Rallye des Tulipes (Rauno Aaltonen), Coupe des Alpes (Paddy Hopkirk), Rallye d’Ecosse (Tony Fall / Mike Wood), Rallye de Tchécoslovaquie (Rauno Aaltonen), Rallye de Pologne (Tony Fall) et enfin le Rallye des 1 000 Lacs (Timo Mäkinen). La saison 1967 sourira tout autant à la Mini Cooper avec là encore avalanche de victoires. Rauno Aaltonen et Henry Liddon remportent le Rallye Monte Carlo. Quant à Paddy Hopkirk, il est victorieux au Circuit d’Irlande, à la Coupe des Alpes et au Rallye Acropole. Tony Fall l’emporte quant à lui au Rallye de Genève, alors que Timo Mäkinen monte sur la première marche du podium du Rallye des 1 000 Lacs. Reine de la glisse, la Mini Cooper acquiert ainsi ses lettres de noblesse et prouve à ses détracteurs que la petite citadine “So Bristish” n’est pas réservée aux coiffeuses et aux mémères à chien-chien.

Morris COOPER S

Une agilité d’enfer

En fonction de l’approche qu’on a de la Mini, son look est matière à d’interminables discussions. Caisse à savon d’une banalité déconcertante pour les uns, voiture intemporelle à la ligne géniale pour les autres, les avis sont plus que partagés. Ce qui surprend le plus quand on prend place à bord, c’est l’inclinaison du volant qui est proche de celle d’un volant d’autocar ou d’un tracteur agricole. Disposé dans l’axe médian de la voiture, un ovale rassemble les trois cadrans de la planche de bord de série. Celle-ci se reçoit un tachymètre qui fait aussi office de jauge à essence et de totalisateur kilométrique, un cadran indicateur de température du circuit de refroidissement et un indicateur de pression d’huile. À défaut d’être pratique, cette disposition est un atout d’un point de vue industriel pour le constructeur car elle est invariable, que la conduite soit à droite ou gauche. Moteur ! Le petit quatre cylindres de 1 275 cm3 répond présent. Citadine rationnelle, la Mini est capable de faire demi-tour dans un mouchoir de poche. Première, seconde, troisième, quatrième, elle monte en régime avec aisance. La commande de boîte se révèle particulièrement précise à l’usage. Agile, la Mini Cooper se place comme un kart, au centième de millimètre. Côté suspension, on ne vous apprendra rien en vous disant qu’elle est souple comme le granit breton ! Le parcours sinueux de ce galop d’essai est taillé sur mesure pour la Mini Cooper ne demande qu’à évoluer vite, très vite. André Colas m’assure que le tachymètre est optimiste. « Il faut déduire environ 10 km/h de la vitesse affichée. » Cela étant, quelles que soient les circonstances, la tenue de cap est grès sécurisante. Avec des disques à l’avant et un système à tambours à l’arrière, le freinage est net et précis. Je prends un réel plaisir à titiller l’aiguille du compte-tours – une option d’époque – sans aucun ménagement. Toutefois, si l’on veut ménager sa monture, il est de bon ton de ne pas dépasser 6 000 tours. Véritable karting, piloter cette Mini Cooper est un concentré de plaisir. Jouet génial, elle séduit le conducteur du jour en misant sur son agilité et ses performances. Ce n’est pas André Colas, qui est fou amoureux de son auto qui le contredira. « J’aime les autos qui pulsent et qui ont une âme. Avec ma Cooper, je m’amuse à chatouiller les 4×4 modernes. C’est un vrai plaisir qu’on peut s’offrir pour un budget d’entretien modeste. La disponibilité des pièces est aussi un atout de ce modèle. Mais attention, il faut veiller à la qualité des pièces qu’on trouve dans le commerce. Et si vous voulez vous offrir une Cooper S, il faudra sérieusement vous documenter avant de faire votre choix. Cette étape essentielle dans votre démarche vous préservera des Mini “Cooperisées”. »

Morris COOPER S
Morris COOPER S

Nous remercions André Colas et son épouse pour leur accueil sympathique.

Fiche technique Morris Cooper S 1300

Moteur : 4 cylindres en ligne en position transversale avant

Alésage x course : 70,64 mm 81,33 mm

Cylindrée : 1 275 cm3

Distribution : arbre à cames latéral, soupapes en tête, tiges et culbuteurs, commande par chaîne

Refroidissement : liquide avec pompe, radiateur et ventilateur

Puissance administrative : 7 CV

Transmission : roues avant motrices, embrayage monodisque à sec et boîte de vitesses à 4 rapports

Carrosserie : monocoque en tôle d’acier

Suspensions : bras transversaux superposés inégaux, cônes de caoutchouc et amortisseurs télescopiques à l’avant, etbras longitudinaux tirés, cônes de caoutchouc et amortisseurs télescopiques à l’arrière

Freinage : à disques à l’avant et tambours à l’arrière

Direction : à crémaillère

Pneumatiques : 166/70 R10

Dimensions

Longueur : 3,05 m

Largeur : 1,40 m

Hauteur : 1,35 m

Empattement : 2,03 m

Poids : 650 kg

Morris COOPER S
Morris Cooper S 1300 MK 1 1967, le kart chic et glamour